Systèmes d’information immobiliers : quelles perspectives ?

L’efficacité d’une organisation est en partie liée aux systèmes d’information sur lesquels celle-ci s’appuie. C’est une évidence et le secteur de l’immobilier n’échappe pas à cette réalité ! Pourtant, les solutions informatiques utilisées au quotidien par les entreprises du secteur peuvent parfois sembler vieillissantes. Qu’en est-il réellement ? Nous proposons un tour d’horizon des systèmes d’information immobiliers.

Le property management : Altaïx leader contesté ?

Les solutions de property management adressent aussi bien les property managers que les foncières et les investisseurs. Elles couvrent principalement la gestion locative et la comptabilité immobilière. Sur ce marché, plusieurs mouvements significatifs sont en cours. Sopra Steria a fait l’acquisition de Cassiopae en 2016 peu de temps après que cette entreprise eut elle-même acheté la solution Premiance de l’éditeur Taliance. Sopra Steria, qui bénéficiait déjà d’une position dominante grâce à sa solution Altaïx, a ainsi considérablement renforcé sa position sur le marché du property management. Face à cette situation, les utilisateurs de Premiance et de Cassiopae s’interrogent légitimement sur le positionnement que Sopra Steria souhaitera donner à chacune de ces solutions. Il faut reconnaître qu’Altaïx semble aujourd’hui la solution de property management française la plus robuste, d’autant que la nouvelle version contient de nombreuses améliorations. Aucun des grands éditeurs français ne propose de solution concurrente à Altaïx. Il existe néanmoins un éditeur spécialisé, Egide, dont la solution, Even, propose une couverture fonctionnelle comparable à Altaïx. Cette solution dispose d’une certaine notoriété, en particulier sur le marché du property management de centres commerciaux.
Les éditeurs étrangers ne sont que peu présents en France. SAP Real Estate a séduit un certain nombre d’entreprises de dimension internationale. Il est vrai que, lorsqu’il s’agit d’intégrer la gestion de plusieurs pays, Altaïx peut rapidement trouver ses limites. Cassiopae pourrait à l’avenir être privilégié par Sopra sur ce marché. Pour les acteurs souhaitant un outil à dimension internationale sans pour autant entrer dans la complexité d’un projet SAP, les américains Yardi et MRI peuvent être également une alternative. S’ils ont encore peu investi le marché, il semble que cela puisse rapidement évoluer. Yardi est en effet de plus en plus présent dans les consultations d’éditeurs. Notons également la présence (timide) en France du britannique Qube et de sa solution Horizon qui adresse à la fois les utilisateurs et les property managers. Qube a été racheté en septembre 2017 par l’américain MRI, ce qui pourrait annoncer de nouvelles ambitions en Europe.

Le fund management et l’asset management : Taliance et Herdia face aux anglo-saxons

Les outils d’asset management ont pour objectif de modéliser les cash flows et de simuler des scénarios à l’échelle d’un actif ou d’un portefeuille d’actifs. Les outils de fund management doivent quant à eux intégrer toute la complexité juridique et fiscale des structures de détention pour consolider des cash flows et calculer une rentabilité. Ces deux types d’outils sont intimement liés ce qui explique l’intégration de Finasset (solution de Taliance et leader sur le marché de l’asset management) dans GlobalFund (la solution dédiée au fund management de Taliance).
Sur ce marché du fund management et de l’asset management, force est de constater (encore) que la concurrence est limitée ! Face à Taliance, peu d’acteurs existent en dehors de Argus Entreprise (de l’éditeur canadien Altus Group) et de MRI Invest (solution née du rachat de Cougar par MRI en 2015 et qui couvre l’investment management et l’asset management).

Parce que les métiers de fund managers et d’asset managers imposent d’intégrer un grand volume de données, la mise en place d’un datawarehouse (entrepôt de données) est souvent nécessaire : Voyanta, proposée par Altus Group, est ainsi une solution qui a été privilégiée par de nombreux investisseurs internationaux. Le français Herdia propose depuis peu la solution Alhambra qui pourrait bien faire de l’ombre à Voyanta sur le marché français. Rappelons qu’Herdia s’est déjà illustré sur le marché des property managers avec sa solution Safir qui a connu un certain succès.
Les asset managers ont bien souvent tendance à privilégier Excel lorsqu’il s’agit de réaliser des simulations financières. Une solution bien connue adresse toutefois spécifiquement ce marché, Finasset de Taliance. Mais pour répondre aux besoins des assets managers certaines solutions de « budgeting & planning » telles que Tagetik et Anaplan peuvent apporter une réponse satisfaisante. Ces solutions qui ne sont pas spécialisées dans l’immobilier sont très souples et proposent des ergonomies inspirées d’Excel mais avec des fonctionnalités robustes pour réaliser des modélisations, intégrer des données, historiser des scénarios, …

Le logement social : 2 éditeurs leaders et de nombreux défis…

Les bailleurs sociaux sont des opérateurs immobiliers intégrés qui, à ce titre, ont des besoins informatiques très larges. Aaeron (PortalImmo et Prem’Habitat) et Sopra Steria (Ikos, Ulis, Cassiopae Habitat) dominent le marché. Les solutions disposent d’une certaine maturité car elles ont pu se développer en bénéficiant d’un marché large et d’une certaine homogénéité des modes de fonctionnement d’un bailleur à l’autre.
Pour mieux traiter leurs enjeux de volume et améliorer la qualité de service certains bailleurs sont en pointe pour mener des projets tels que la dématérialisation du parcours locataire, la mise en place d’une plateforme collaborative, le BIM, voire même l’utilisation de l’intelligence artificielle pour la gestion des appels.

Le facility management : une concurrence forte pour un marché prometteur

Nous regroupons ici les solutions de gestion technique et les solutions de type IWMS (Integrated Workplace Management System). Ces solutions ont l’avantage, contrairement aux solutions de property management, d’intégrer les plans, voire les référentiels BIM. Les utilisateurs constituent théoriquement le plus grand marché : potentiellement toutes les grandes entreprises ont besoin d’optimiser la gestion de leur immobilier en s’appuyant sur un système d’information. Mais en réalité, les grandes entreprises ont longtemps refusé d’investir dans des solutions informatiques pour gérer leur immobilier. Pourtant, les besoins sont nombreux : gestion des baux, space management, pilotage des coûts immobiliers, gestion des interventions, gestion de la maintenance préventive et réglementaire, gestion des plans pluriannuels de travaux,… La situation a néanmoins évolué aujourd’hui, au moins dans une certaine mesure. La demande semble en effet être de plus en plus présente.
Un grand nombre de solutions existent pour répondre à ces besoins croissants. Planon apparaît comme un leader. Néanmoins, IBM se positionne comme un concurrent sérieux avec sa solution Tririga. Deux autres Américains se sont positionnés de longue date : Archibus (très présent chez les utilisateurs belges et de plus en plus présent en France) et Manhattan.
Il faut ajouter à ces solutions EchoSystems achetée récemment par Sopra Steria qui complète l’offre de services mais sans pour autant constituer des IWMS. Il s’agit en effet d’une plateforme collaborative de services immobiliers.
Par ailleurs, deux solutions belges sont également présentes sur ce marché MyMCS et Netika (utilisée également pour le property management par des foncières en Belgique).
Les contraintes de la norme IFRS 16 pourraient bien donner un coup de pouce au développement de ces solutions.

La promotion immobilière : 2 éditeurs incontournables

Pour l’essentiel, deux éditeurs se partagent le marché de la promotion immobilière : Open avec la solution PrimPromo et Salvia avec Gr’Immo. Cette situation de très faible concurrence s’explique par le fait que certains grands promoteurs (Bouygues Immobilier par exemple) ont fait le choix de développer leur propre solution tandis que les promoteurs de moindre envergure se contentent parfois d’Excel. Il existe également quelques éditeurs qui adressent les promoteurs régionaux.
La couverture fonctionnelle de Gr’Immo et de PrimPromo donne globalement satisfaction. En revanche, certains utilisateurs de ces solutions reprochent à ces éditeurs une certaine lenteur et des coûts prohibitifs pour les nouveaux développements. La conséquence de cette situation est une stratégie des promoteurs qui consiste à limiter leur utilisation de ces outils en ayant recours, pour leurs besoins complémentaires, à des solutions tierces, même lorsque des modules de PrimPromo ou de Gr’Immo pourraient répondre aux besoins. Ainsi, les promoteurs ont souvent privilégié des éditeurs distincts pour leur solution CRM (le géant Salesforce ou une solution spécialisée comme ImmoLead de MKI) malgré l’existence de modules CRM dans Gr’Immo et PrimPromo.

Notre positionnement

Choisir le bon outil informatique et sécuriser sa mise en œuvre sont des étapes critiques de la vie d’une entreprise. Akeance Consulting propose son expertise pour vous accompagner dans la réussie de vos projets informatiques depuis les réflexions amont jusqu’aux actions de conduite du changement en passant par le pilotage du projet.

SI immobilier